Maigrir : votre thyroïde est-elle bien nourrie ?

Maigrir Grossir : Si c’était la faute à votre thyroïde !

Maigrir :Thyroïde normale

L‘hypothyroïdie est la conséquence d’une faible production d’hormones par la glande thyroïde.

Cet organe en forme de papillon se situe à la base du cou, sous la pomme d’Adam.

C’est une affection qui touche plus souvent les femmes.

Pour ma part, j’observe de plus en plus d’hypothyroïdie chez des jeunes femmes après grossesses.

Comprendre le métabolisme de la Thyroïde

Le terme métabolisme vient du grec  » metabolismos  » qui signifie changement ou encore transformation. Il s’agit des nombreuses réactions de construction (anabolisme) et de destruction (catabolisme) se produisant dans les cellules de notre organisme pour maintenir l’ensemble des fonctions de notre organisme.

Au repos, l’organisme consomme de l’énergie pour maintenir en activité ses fonctions vitales : circulation sanguine, fonctionnement du cerveau, respiration, digestion, maintien de la température du corps, posture. C’est le métabolisme basal.

MBR

La quantité d’énergie dépensée varie d’un individu à l’autre selon la taille, le poids, l’âge, le sexe et l’activité de la glande thyroïde. Chez les personnes présentant une hypothyroïdie, ce moteur fonctionne au ralenti.

Vous noterez que la dépense énergétique totale englobe en plus l’énergie de vos mouvements et de celle de la digestion soit à peu près 10% des calories ingérées dans la journée.

Le fonctionnement de votre thyroïde

La quantité d’hormones produites par la glande thyroïde est sous le contrôle d’autres glandes, situées dans le cerveau : l’hypothalamus et l’hypophyse avec la production de de TRH et de TSH.

Production des hormones thyroïdiennes

L’hormone TSH stimule la thyroïde qui produit une hormone thyroïdienne : T4 (tétra-iodothyronine ou thyroxine).

L’hormone T4 est convertie en T3 (triiodothyronine) en présence d’enzymes, de zinc et de sélénium.

A chaque niveau, il y a des situations pathologiques, des carences ou des traitements susceptibles soit de freiner ou d’accélérer le processus. (Je préciserais si besoin dans vos commentaires !)

Thyroïde : Les symptômes de l’hypothyroïdie

Les symptômes de l’hypothyroïdie sont liés au ralentissement du métabolisme. Ils dépendent de la gravité du déficit en hormones thyroïdiennes et apparaissent souvent de manière très progressive. Chez l’adulte, on retrouve très souvent

  • un manque d’énergie, une fatigue du matin.
  • Une frilosité.Un gain de poids inexpliqué malgré un faible appétit.
  • Un rythme cardiaque ralenti pouvant causer un essoufflement.
  • Une irritabilité et parfois un état dépressif.
  • Des crampes, des raideurs musculaires et des douleurs aux articulations.
  • De la constipation.
  • Le visage et les yeux enflés.
  • Une peau pâle et sèche, des cheveux secs, une perte de cheveux, des ongles cassants.
  • Une voix plus grave et enrouée.
  • Des cycles menstruels irréguliers et des menstruations plus abondantes, Une infertilité.
  • Une confusion, une difficulté à se concentrer et des pertes de mémoire, surtout chez les personnes âgées.
  • Un goitre (parfois), c’est-à-dire un gonflement à la base du cou dû à l’augmentation de volume de la thyroïde.

Thyroïde : Les facteurs de risque

  • Le tabagisme durant l’allaitement. Il est probable que le tabagisme de la mère diminue la quantité d’iode passant dans le lait maternel, ce qui pourrait affecter la fonction thyroïdienne de son bébé.
  • Le stress, l’alcool, l’obésité
  • Des carences nutritionnelles, particulièrement en iode, en sélénium et en zinc (la transformation de la T4 en T3 dépend d’enzymes comme les déiodases et activateur comme les minéraux)
  • À l’inverse, un excès d’iode. Exemple du Japon, où la consommation d’algues est élevée, l’excès d’iode est une cause fréquente d’hypothyroïdie.
  • La prise de certains médicaments, comme la pilule contraceptive, le lithium, l’amiodarone ou des médicaments permettant de traiter l’hyperthyroïdie. Les traitements à base d’iode radioactif, une chirurgie ou une radiothérapie de la thyroïde sont également d’importants facteurs de risque d’hypothyroïdie.
  • Une consommation très abondante d’aliments goitrigènes en situation de carence d’iode. Certains aliments, lorsqu’ils sont consommés en très grande quantité, inhibent la captation de l’iode par la glande thyroïde, ce qui empêche la fabrication normale des hormones thyroïdiennes. On les appelle aliments goitrigènes, car ils peuvent à terme causer un goitre. Les aliments goitrigènes sont les crucifères (le chou de Bruxelles, le chou, le chou-fleur, le brocoli, le chou frisé, les feuilles de moutarde, le rutabaga, le radis, le raifort, etc.), le manioc, les patates douces, les graines de soja, les arachides et le millet. Dans certaines régions d’Afrique, en revanche, le manioc est un aliment de base. Il y est considéré comme une des causes majeures de goitres. Généralement, la cuisson lui enlève cet effet goitrigène.
  • Une thyroïdite post-partum. Chez 8 à 10 % des femmes, une réaction auto-immune contre la thyroïde peut se déclencher quelques semaines à quelques mois après l’accouchement. On parle alors de thyroïdite « post-partum ». Dans 40 % des cas, cette thyroïdite entraîne une hypothyroïdie, dont les symptômes sont plus ou moins marqués. Ils sont le plus souvent transitoires.

Aujourd’hui intéressons-nous à l’hypothyroïdie subclinique, silencieuse ou fruste dans le cadre des personnes en situation de surcharge pondérale.

L’hypothyroïdie subclinique se caractérise par une TSH (légèrement) supérieure à la normale mais dans la norme, des taux normaux d’hormones thyroïdiennes T4 et par l’absence des signes cliniques marquants (visage bouffi, pâleur…) et la présence de symptômes habituels de l’hypothyroïdie mais non caractéristiques (fatigue du matin, frilosité, constipation…)

Cette situation concerne un certains nombre de personnes en surcharge pondérale.

ATTENTION ce n’est pas l’hypothyroïdie qui fait grossir mais cela explique pourquoi elles ne réussissent pas à perdre du poids malgré une prise en charge GLOBALE (émotion, physique et nutrition).

La thyroïde est très fréquemment négliger des causes d’échecs sur la base d’un bilan hormonal normal. Je m’explique (on élimine de l’explication les anomalies concernant l’hypothalamus)

En général on dose votre TSH (hormone de l’hypophyse) 

  • Si elle est basse => cela signifie qu’il y a suffisamment d’hormones thyroïdiennes.
  • Si elle est haute => cela signifie qu’il n’y en a pas assez et La TSH augmente pour ordonner à la thyroïde de produire plus de T4.

Je voudrais attirer votre attention sur les points suivants

1) Réaliser le dosage le matin et si possible toujours dans le même laboratoire pour effectuer une comparaison optimale. Vous devez savoir que la fourchette dite « Normale » est propre au laboratoire (statistique établie à partir de ces mesures, de ces réactifs et de son appareil)

2) Il est fréquent d’entendre dire à une patiente que son bilan est normal parce qu’elle se situe dans la fourchette. Avec 8,5 elle est normale, mais à 7,5 elle est hypothyroïdienne ! Quand on sait que la normale du labo est établie sans différencier les âges, les sexes, la prise de traitement et les maladies en cours ! On est très loin d’une démarche personnalisée.

Si vous avez des signes cliniques d’hypothyroïdie et que votre T4 est proche de la limite inférieure, il est possible d’être dans le cas d’une hypothyroïdie frustre. Elle s’installe progressivement. La mise en place d’un traitement de T4 relève de l’expertise médicale, mais vous pouvez si vous souhaitez maigrir, perdre du poids durablement, fournir à votre thyroïde « faignante » tous les nutriments nécessaires pour la booster.

 Booster votre thyroïde

La thyroïde a besoin d’une quantité suffisante d’oligoéléments, plus particulièrement d’iode, de manganèse, de sélénium et de zinc. Une carence en l’un de ces éléments peut ralentir le fonctionnement de la thyroïde.

La carence en iode est plutôt rare dans les pays industrialisés en raison de l’usage de sel de table iodé. Une alimentation saine et variée fournit tous ces oligoéléments. 

C’est trop long, 22 pages en pdf ! Je vous propose de vous envoyer par mail mes conseils en m’indiquant un mail valide.

Poser moi des questions dans les commentaires. Si vous avez un doute, je peux vous suivre pour les problèmes de poids si besoin.

Booster votre thyroïde avec mes Conseils

Thyroïde : A éviter

Les produits qui contiennent du soja

Les suppléments de calcium, de fer ou les antiacides qui contiennent du calcium ou de l’hydroxyde d’aluminium.

A DÉCOUVRIR MES GUIDES EXPERTS

maigrir vite thyroide 777maigrir-vite-777

 

 

Cet article sur la Thyroïde vous a plu ? Partagez-le et si vous êtes concernés j’attends vos questions.

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou sur Google+ en cliquant sur un ou plusieurs des boutons ci-dessous. Si vous l’avez trouvé sympa, bien sûr ! Merci d’avance :

Pour ne rien manquer !

Cet article a 37 commentaires

  1. Salut Jean-Philippe
    Qu’en est-il du traitement de l’Hypothiroidie par le synthroid?
    La plupart de mes clients qui sont sur ce medicament ne reussissent pas a perdre du poids, malgré un regime qui devrait en principe leur permettre de perdre 0,5 kg par semaine. Dans un seul cas, la T3 etait mal controlée, Un ajustement de la medication a permis de réétablir la perte de poids.
    Paul

  2. Bonjour Paul et content de te lire

    Petite précision : Synthroid n’existe pas ici mais visiblement c’est du Levothyrox (T4) bien connu des français.

    Je ne suis pas étonné de la problématique rencontrée. il est fréquent pour une hypothyroïdie de donner du T4 et de voir malheureusement aucun effet attendu et finalement une valse des dosages qui ne règle rien !

    Pour faire simple, la thyroïde fabrique T4, la présence d’iode est indispensable à cette étape mais la conversion de T4 en T3 se fait en périphérie en présence de minéraux (Zinc et Sélénium) et d’enzymes.

    Donc
    – en donnant T4 dans un contexte de carence en Sélénium => pas de T3 donc pas d’effet (seul T3 agit !!)
    – en donnant T4 sans carence mais avec une défaillance de l’enzyme => idem (défaillance que l’on constate par exemple avec l’âge)

    En Conclusion
    – On donne T4 que l’on accompagne de Sélénium, Zinc, Avoine (voir mon article sur la nourriture de la thyroïde)
    – On supprime les aliments goitrigènes
    – Si échec on donne T4 et T3 ou T3 seul si T4 suffisant
    – Pour finir un régime seul ne suffira pas. L’activité physique relance l’ensemble du métabolisme hormonal, thyroïde compris !

    Au plaisir de te lire, c’est le fun :-)
    Jean Philippe

  3. I am extremely impressed along with your writing skills as neatly as with the layout in your blog.
    Is that this a paid theme or did you modify it yourself? Either way keep up the
    nice quality writing, it’s uncommon to look a great weblog like this one nowadays..

  4. Bonjour,

    Peut-on prendre un complément alimentaire style Azinc en plus du Levothyrox comme apport plus sur à la nourriture que vous citez plus haut?

  5. Bonjour Cathy

    Oui c’est possible et c’est mieux avec une combinaison zinc sélénium pour aider votre thyroïde et peut être faciliter votre souhait de maigrir.
    Bon courage

  6. Bonjour,

    J’ai lu très attentivement votre savoir sur le dysfonctionnement de la Tyroïde. Jamais mon endocrinologue ne m’a dit toutes ces choses, maintenant je comprends mieux, mon problème de poids (prise de poids sans raison). Je souffre d’une insuffisance antéhyphositaire depuis 2000, je suis traitée avec du Lévothyrox 125 et hydrocortisone 30gr Et comme cela ne suffit pas j’ai également une RCH ( traitement Pentasa) depuis plus de 20 ans associée à un rhumatisme style Polyarthitre ( traitement par corticoides 7,5 par/jour) et pour couronné le tout un cancer du sein hormonaux en 2009 (tamoxiféne).
    Voilà malgrès tout ca je vais bien et garde la pêche.

    Mais question est :

    Puis je prendre L-TYROSINE 500 gr sans danger ?
    l’iode, zinc et selenium sont des oligoéléments donc sans danger, n’est ce pas ?

    Toutes ces pathologies ont un lien (faut peut etre pour le cancer). J’ai 51 ans et j’en ai assez d’écouter des toubibes qui ne pensent qu’à me gaver de médoc.

    A ce jour, je prends 7,5 de cortencil, un aspègic 1000 par jours et mon lévothirox et basta. J’ai arreté le tamoxiféne ( de toute façon au mois de juin c’est fini) je me désintox. Normalement a partir du mois de juin 2014, ma rhumato doit me supprimer les corticoides, le délai de 5 ans sera prescrit.
    Je mange équilibrer et fait du sport (vélo héliptique), marche, jogging 3/4 fois par semaine pendant 45 minutes, malgrés ca les kilos sont toujours là. Je sais plus quoi faire. Pouvez vous me donner quelques conseils.

    Dans l’attente de vos nouvelles, je vous prie d’agréer, mes sincères salutations.

    MARIE

  7. Marie Merci de votre confiance

    Je vous propose de refaire un point parce que cela peut intéresser tout le monde mais j’aimerai suivre cette évolution par mail perso par respect de la déontologie.

    1) Votre force et votre courage sont vos meilleurs atouts ! De nombreux travaux démontrent l’impact du moral sur l’évolution. Cela force le respect :-)

    2) Votre situation est plus complexe puisque c’est le donneur d’ordre (antehypophyse) qui GLANDE :-) => conséquence plusieurs dysfonctionnements

    3) Comme c’est la commande centrale qui déconne, la fabrication T4 (Iode) et la transformation de T4 en T3 (Zn et Se) ne sont peut être pas affectés et le Levothyrox qui apporte T4 devrait normalement suffire.

    4) Si signes cliniques d’hypothyroïdie persistants alors il peut être nécessaire d’apporter un peu de T3 comme euthyral (en discuter avec endocrino)

    5) Toutes supplémentations méritent des précautions même Iode, Sélénium, L Tyrosine. L’excès est aussi dangereux que la carence ! Logiquement elles ne sont utiles que si la thyroïde est feignante ou transformation T4 faible donc lévothyrox inefficace et avant l’apport de T3

    6) Pour RCH : Supprimer de manière radicale le pain, les pâtes, les produits à base de pâte à pain, tous les laitages pendant 8 semaines et voir si amélioration clinique. Aucune carence :-) + prise de probiotique (références par contact direct si besoin)

    7) Réduire le sel pour éviter la prise d’œdème avec Corticoïde et poser la question de l’hydrocortisone plus faible mais plus physiologique !

    8) Maintenir cette attitude de battante et l’activité physique.

    Je reste à votre écoute
    Cordialement
    jean Philippe

  8. BONJOUR merci pour vos conseils mais je suis un peu perturbee car vous dites dans un paragraphe de ne pas manger des légumes cruciféres !!!!!!! et juste dans le paragraphe du dessous que le brocoli est une bonne source de  » folates » et vous dites que le soja fait partie des produits qui sont des sources d’iode puis un peu plus loin vous ajoutez » » à éviter le soja » »

    cela fait des années que j avalai la boisson au soja le matin
    suite a une découverte d’un taux élevé de ths ? j’ai abandonné la boisson au soja
    je me suis mise à manger des algues

    les symptomes que ce soit avec soja ou sans soja que je ressens sont ongles cassants et une abondante salive
    tellement salée que j’ai l’impression d’avoir avalé 200g de sel et cela quand je parle

  9. Bonjour Micheline et Bienvenue

    Je comprends le questionnement mais nous allons reprendre ensemble. Pour les aliments goitrigènes dont le brocoli, j’ai évoqué une consommation importante et fréquente. La présence de crucifères 1 à 2 fois dans la semaine pose probablement aucun problème et peut satisfaire vos apports de folate par exemple. La difficulté quand on modifie son alimentation, c’est de faire preuve de modération et d’avoir une vision globale sur une durée longue. Il serait préjudiciable de bannir totalement une famille de produits naturels et sains de votre alimentation. Par contre l’éviction complète de produits transformés, affinés, industrialisés est sans souci et sans carence sur votre santé :-)

    Pour le soja, il fait parti des aliments goitrigènes qui contiennent des folates. J’énumérais ces produits riches en folates mais le choix est suffisant pour éviter le soja. Selon l’âge, la production de thyroïde s’effondre progressivement malgré une alimentation adéquate. Le temps de la supplémentation en hormones thyroïdiennes est venu !

    La salive salée: La salive qui sécrète dans la bouche de glandes salivaires est responsable du goût que vous ressentez dans votre bouche. Des causes possibles qui me viennent à l’esprit
    – Déshydratation
    – Certains médicaments, tels que les médicaments anti-thyroïdiens, les médicaments de chimiothérapie ou ostéoporose.
    – Les maladies de la glande salivaire, comme le syndrome de Gougerot-Sjögren ou une infection bactérienne des glandes salivaires.
    – Le goût salé est causé par la faiblesse des reins en médecine chinoise

    L’hypersialorrhée ou ptyalisme se traduit par une salivation en excès due à une suractivité des glandes salivaires. La cause de l’hypersialorrhée peut être la douleur, la présence du diverticule de Zenker, un ulcère, une grossesse, une lésion infectieuse de la bouche, un cancer. L’hypersialorrhée chronique trouve son origine dans la maladie de Parkinson, le stress, un traumatisme neurologique, voire la rage. On constate également une hypersialorrhée chez bon nombre de personnes âgées présentant des mouvements répétitifs de la langue. ATTENTION Micheline c’est des pistes mais la MODÉRATION s’impose : Sel + salive je commencerai par glande salivaire en l’absence de traitement responsable.

    au plaisir de vous lire
    jean philippe

  10. Bonjour Jean Philippe
    je tenais à vous féliciter pour vos conseils , explications très clairs ,
    j’ ai 50 ans , j’ ai eu une ablation de 75 % de ma thyroide à l’ âge de 36 ans et depuis cette date j’ ai commencé à grossir malgré après m’ avoir préparé avant la chirurgie
    j’ ai un excès de poids de 20 kilos qui malgré tous mes efforts , alimentation équilibrée exercice physique, je ne perds rien et je peux vous dire qu’ il faut le vivre pour le comprendre, quand j’ écoute les commentaires des autres, elle s’ est négligée, Oh comme t’ as grossi, je vous dis pas le reste
    heureusement que j’ ai le moral parce que sans ça je vous assure que je me serais déprimée

    NB : je prends 1 cachet de novotiral à jeun
    si j’ augmente la dose c’ est des migraines qui durent des jours

    merci encore pour votre page
    et bonne journée
    linda

  11. Bonjour Linda et Bienvenue
    Précisons que le Novothyral et un équivalent de EUTHYRAL en France c’est à dire qu’il contient T4 et T3 pour pallier au carence de transformation de T4 en T3 dans les tissus périphériques en présence d’enzyme SELENO dépendante.

    1) Une grande difficulté pour les personnes qui souhaitent changer de comportement comme maigrir, c’est de trouver le ou la bonne complice et d’éloigner tous les SABOTEURS qui ont un intérêt à vous dévaloriser pour briller sans effort ! Parfois c’est le conjoint qui exploite votre manque d’assurance ou encore la sœur, la mère qui n’arrivent pas à maigrir par manque de volonté ou la bonne copine qui semble plus mince en votre compagnie :-) C’est des exemples et je pense que cela fera écho chez nos lecteurs. Prenez soin de votre complice !

    2) Ce qui compte c’est ce que vous faîtes aujourd’hui. Avant permet de comprendre pourquoi la prise de poids
    – Augmenter de 10 000 pas par jour votre quotidien même en fractionnant l’effort
    – Soyez attentif à la diététique du fantôme de votre thyroïde :-) crustacés, algues, sélénium réguliers sans excès et réduire aliments goitrigénes
    – vérifier le dosage de T4 T3 et TSH qui peuvent freiner vos efforts
    – Réduire de manière importante les sources de Gluten (pain et pâtes principalement) et les laitages (beurre, crème fraîche, lait, yaourt) en conservant une petite place pour un vrai fromage avec le petit verre de bon vin :-)
    – Stop pain de mie, biscotte et viennoiserie => aucun risque de carence garantie
    – je reste à votre écoute, bilan dans un mois si vous voulez en reparler, belle journée et bon moral à vous Linda
    Jean Philippe

  12. Bonjour
    J’ai 35 ans, cela fait maintenant 13 ans que j’ai été opérée ( ablation d’un lobe), je prennais du levothyrox 75 pour une hypothyroïdie puis je suis tombée enceinte en 2004 l’année qui a suivi a été un enfer une HYPERTHYROÏDIE – traitement Néomercazole, avlocardil, ..medecin en medecin, impossible de me stabiliser!! j’ai fini par baisser les bras j’ai donc arrêté, tous les traitements. Je suis restée pendant 8 ans sans rien mise à part l’homéopathie. Aujourd’hui j’ai pris du poids, énorme fatigue, problème de vue, yeux gonflés, et je pense qu’il faudrait tout recommencer, je ne sais plus quoi faire.
    Par contre je ne sale plus les aliments sinon je me met a tousser au point de ne plus pouvoir respirer. On m’avait diagnostiquer THYROIDE D’ ASHIMOTO.
    Dans l’attente de vous relire.
    MERCI

  13. Bienvenue Madame Juju sur Conseils pour maigrir. Ce parcours est malheureusement pénible et je le trouve trop fréquent chez les jeunes femmes après grossesse. Je récapitule
    – hypothyroïdie sous levothyrox 75 puis ablation d’un lobe de la thyroïde ou l’ordre inverse ? Juste pour bien comprendre
    – thyroïdite sous néomercazole
    – stop tous les tt
    – Le symptômes présents évoquent l’hypothyroïdie, deuxième temps de cette pathologie. Perso je commencerai simplement par un bilan avec la TSH T4 T3 et les anticorps anti-thyropéroxydase et les anticorps antithyroglobuline.
    JuJu je vous propose de continuer par mail pour l’analyse du bilan. Vous serez libre de raconter la suite à nos lecteurs. Une fois ce problème élucidé, je vous propose mon aide pour maigrir.
    Bonne continuation – Dans l’attente de vous lire
    Jean Philippe

  14. bonjour je m appelle audrey j ai 34 ans et souffre d hypothyroidie depuis 8 ans environ . A l adolescence j ai ete obese 102 kg pour 1m62 apres un regime alimentaire j ai perdu 47 kg . mais vers 25 ans j ai commence a reprendre du poid sans raison et j ai donc consulte . diagnostic pose hypothyroidie actuellement sous levo 75 avec un ths qui en fait cas sa tete . je cherche a maigrir car en 8 ans et deux grossesses j ai repri 35 kilo .
    Mon endocrino n est pas au top et m explique rien et j ai deja vu une nutritionniste qui me dit que en gros c est voué a l echec

    help

  15. Bonjour Audrey

    Je reprends avec vous l’historique pour bien comprendre et si c’est trop perso, on passe en privé pour trouver des réponses.
    Adolescence : Obésité => probablement de nombreuses tentatives, je suppose ?
    25 ans : – 47 kilos suite à un régime. Pour ma part, c’est rarement le regime qui est efficace mais les circonstances de vie de la période. Vous aviez probablement une « bonne » raison de les perdre et pas forcement pour votre santé. Quel type de régime aviez vous fait ?
    34 ans : 2 grossesses, hypothyroïdie découverte après grossesse, ne semble pas équilibrée puisque TSH fluctue, sous levothyrox 75. Pouvez me dire les 2 derniers TSH et T4 ?

    Audrey je suppose et vous me corrigez si besoin.
    De nombreux régimes dont des hypocaloriques ou protéines prolongées : Oui Non
    Activité professionnelle :
    Lombalgie : oui non
    Activité physique régulière ?
    Glycémie ?

    Audrey, On ne peut pas accuser la thyroïde de tous les maux avant d’avoir tout bien fait. En général, elle fait grossir parce que le diagnostic et traitement sont tardifs. Cela semble votre cas. Mais aujourd’hui pour réussir,il faudra cadrer l’activité dépensée, fuir les graisses et réduire quelques aliments sans mourir de faim, retrouver le moral et un peu de patience. 6 mois cela me semble raisonnable. Voué à l’échec, je ne crois pas ! Vous l’avez fait 1 fois alors pourquoi pas 2 ?

    Apportez moi quelques réponses et on en parle très sérieusement
    Belle journée à vous et bravo pour votre témoignage c’est déjà un grand pas :-)
    jean Philippe

  16. Bien tout cela. Hypo depuis 2000, j’en ai vu de toutes les couleurs et pendant de très longues années je ne savais rien de ma maladie car ayant été détecté pendant ma première grossesse, il n’y a pas eu l’emphase de la part du médecin qui m’aurait fait comprendre que cela était un vrai gros problème pour ma santé, ma vitalité, mon bien être.

    La plupart des symptômes s’installent si doucement ou peuvent être reliés à notre hygiène de vie et d »alimentation que l’on ne leurs donnent pas leurs pleine signification, pourtant en les additionnant on voit bien que la résultante n’est pas agréable pour la qualité de vie.

    Le poids: pour moi, sur les années, quand ma dose n’était pas bien évaluée ou selon que mon stress de vie avait changé, il y a toujours eu prise de poids très rapide, puis stationnaire à faire peur et s’arracher les cheveux car rien n’y fait. Aucun régime, aucun entrainement, rien, de rien. Cela ne vaux rien , je les fait les régimes et j’en ai fait des séances d’exercice longues et sur de longues périodes, rien de rien.

    Ma plus grande perte à moi c’est ma vitalité, je ne suis plus la même personne, même quand je suis au top de ce que je peux être avec cette maladie. Il me manque un petit oumf. Cela c’est une perte. On peut être belle avec du surpoids mais on peux rien faire contre le manque de vitalité.

    Avec cette maladie on fait ce qu’on peut pas ce qu’on veut.

    Merci pour les informations monsieur. C’est vraiment apprécié.

    Pour ceux et celles qui souffrent comme moi de cette maladie. Mangez sainement, faites de l’exercice régulièrement et de grâce, quand cela ne va pas, allez voir votre médecin pour faire évaluer votre état et n’hésitez pas à lui demander/ insister d’augmenter votre dosage le cas échéant. Ils ont la tendance lourde de nous mettre le dosage le plus bas possible et dans votre cas ce n’est peut-être pas la bonne solution.

  17. Bonjour Maud

    Navré de découvrir ce parcours du combattant et j’espère que mes conseils pourront vous aider à mieux contrôler votre thyroïde.Je me permets 3 remarques à votre commentaires
    – Dans certaines formes de maladies immunitaires thyroïdiennes, c’est parfois très difficile de trouver l’équilibre avec un traitement puisque votre propre production fluctue considérablement, passant de hyper à hypo et vive versa
    – Cette réflexion n’engage que moi mais parfois devant des situations complexes, je pense qu’il est prudent et plus facile d’envisager une thyroïdectomie que de maintenir une situation chaotique. A modérer, chaque cas mérite une analyse
    – attention votre propre production suit un cycle journalier et saisonnier. Haute au réveil, Basse le soir pour l’endormissement et baisse l’hiver. Donc un équilibre atteint au printemps, peut être insuffisant l’hiver sans rien changer ! Sans compter la décroissance naturelle du vieillissement :-) donc oui parfois adaptation des doses ! Votre perception est aussi importante que la biologie.
    Bonne continuation à vous. On en parle avec plaisir
    Jean Philippe

  18. Merci pour cette article vraiment intéressant , existe t’il des complement d iode efficace pour permet de perdre du poids ? j ai 30 ans et plus de thyroide depuis mais 19 ans car cancer puis chaine ganglionnaire cote gauche donc sections des nerfs car tumeur mal logé . levothyrox depuis 10 ans . j ai pris 20 kg parfois je perd d autre non comme la ou ca fait 2 ans ou je ne perd plus et j aimerais malgre sport et alimentation

    Merci d avance pour vos reponses

  19. Bonjour Jean-Philippe!

    Article très intéressant et très complet. J’ai 29 ans et je fais des fausses couches à répétition. J’étais en obésité morbide, mais avec énormément d’effort, j’ai réussi à descendre en obésité classe II (perte de 18 lbs). Malheureusement, j’ai à présent de la difficulté à perdre davantage, j ai atteint un plateau et même si je m’entraîne plus et mange mieux, je ne vois pas d’amélioration depuis quelques temps.

    À ma dernière analyse sanguine, ma TSH était à 3.63. Mon médecin de famille n’a pas trouvé cela problématique. Par contre, suite à cette prise de sang, j ai vu un spécialiste en fertilité qui lui trouvait cette valeur un peu élevée. J’avais aussi un taux de prolactine à 33, ce qui est plus élevé que la norme et un volume plaquettaire anormal.

    Je présente certains symptômes de l’hypothyroïdie comme la fatigue, le gain de poids, la frilosité, les extrasystoles (récent), sécheresse de la peau, ongles cassants, perte de cheveux. Je dois aussi préciser que je suis une personne stressée facilement.

    Je n’ai pas eu de diagnostic d’hypothyroïdie encore, mais je me demande si avec le taux que je présente et mes symptômes, si mes fausses couches spontanées à répétition pourraient y avoir un lien et si ma difficulté à perdre davantage de poids pourraient y être lié?

    Cordialement,

    Marylou

  20. Bonjour Roxane

    Désolé pour mon absence du blog, cette semaine mais avec grippe et gastro dans ma région, mon emploi du temps a explosé :-). Je reprends pour être sûr d’avoir compris votre contexte
    – 30 ans
    – thyroïdectomie pour cancer
    – sous levothyrox depuis 10 ans
    – prise de poids malgré réels efforts. Cela mérite de valider la notion d’effort ensemble. Votre normale n’est pas forcement la mienne !

    Bon Roxane, mon avis sur la question

    – pas besoin d’iode en supplémentation et surtout pitié aucune indication pour maigrir. l’iode alimentaire se trouve les poissons et les fruits de mer : en moyenne 80 à 150 µg par 100 g de produit consommé. Le haddock, le colin, le carrelet sont les poissons les plus riches en iode.
    – si prise de poids malgré efforts c’est que thyroïde insuffisante malgré levothyrox. Vous ne transformez pas T4 en T3
    en général, je suggère 2 étapes
    – supplémentation alimentaire : du sélénium tous les jours pairs et télécharger mon guide pour booster la thyroïde avec un complément général de votre thyroïde. 3 mois + effort et on en reparle… je suis impatient. Ah j’oublie STOP les pâtes, pâte à pain et réduire le pain au petit dej
    – modif de traitement : Euthyral me semblerait plus complet que le levothyrox. Revoir ça avec votre médecin

    Voilà j’écris un livre sur la prévention des cancers, je vous invite à ne pas rater sa sortie.
    tenez-moi au courant
    Belle journée à vous

    jean Philippe

  21. Bonjour Marylou

    Merci pour ce tableau précis de votre situation.
    5 remarques
    1 ) Un énorme BRAVO pour le boulot déjà fait. C’est énorme et respect pour votre détermination. Une grossesse c’est un beau projet et je souhaite de tout coeur qu’il aboutisse
    2 ) Pour moi aussi cela me semble faible (hypothyroïdie fruste) compte tenu de la clinique et après bilan écho, je ne serai pas choqué par un essai de levothyrox à dose homéopathique 12,5 avec contrôle dans 3 mois.
    3 ) Commencer par bien nourrir votre thyroïde pendant 3 mois avec mon guide « je booste ma thyroïde » et on en reparle
    4 ) Attention il est fréquent que l’organisme passe par une phase de stabilisation après des pertes importantes. On peut se permettre d’attendre malgré le stress et votre empressement que je comprends. bien nourrir la thyroïde, marchez 20 min de plus par jour
    5 ) Vous avez eu les raisons de vos fausses couches ? En général, après plusieurs on cherche. OUI l’hypothyroïdie fait partie des hypothèses, mais je vous liste les causes possibles :

    Sachez que plus de la moitié de ces avortements spontanés ont pour origine une malformation chromosomique. Au moment de la fécondation de l’ovule par le spermatozoïde, il peut y avoir une anomalie dans la transmission des informations génétiques contenues dans le spermatozoïde et l’ovule. Dans ce cas, l’oeuf ainsi formé s’avère non viable, incapable de se développer. La plupart du temps, une nouvelle fausse couche de ce type n’est pas à craindre, sauf si les anomalies chromosomiques sont héréditaires chez l’un des partenaires.

    Les autres causes sont généralement dues à des infections maternelles locales (vagin, col) ou générales (oreillons, grippe), qui n’ont pas de raison d’occasionner une nouvelle fausse couche dès lors qu’elles ont été guéries.

    D’autres facteurs moins bien identifiés peuvent également être retenus tels que l’exposition à certaines substances dangereuses, des radiations, certains médicaments, un problème de malnutrition et une insuffisance hormonale (bien que ses effets soient actuellement remis en cause).

    Cependant, un faible pourcentage de femmes pourrait connaître des fausses couches successives occasionnées par des causes permanentes. Parmi ces dernières, on peut citer :
    Les causes locales, comme une malformation congénitale ou un développement insuffisant de l’utérus ou une blessure de la muqueuse empêchant la nidation ou une ouverture anormale de la partie supérieure du col qui conduisent à une mauvaise fermeture de l’utérus pendant la grossesse et augmentent les risques de rejet de l’oeuf ;
    Les maladies maternelles importantes comme des maladies rénales, vasculaires, diabétiques peuvent entraîner un avortement ;
    Des chercheurs suspectent également des causes immunitaires, qui empêcheraient un bon déroulement de la nidation.

    Marylou j’aimerais vous donner plus mais commencer par ça et je reste à votre écoute. Bon courage

    Jean Philippe

    PS : Ca marchera alors n’oubliez pas de nous présenter la jolie conclusion

  22. Bonjour,

    J’aimerai avoir des conseils contre l’inflammation de la thyroide à cause des anticorps thyroidiens provoquant de l’hyperthyroidie.
    Que peut on faire pour calmer la thyroide ou l’inflammation?
    Y a t il des aliments à privilégier comme le brocoli…
    OU des traitements naturels. J’ai lu qu’il ne fallait pas prendre de vit du groupe B dans ce cas?

    Merci d’avance pour votre réponse.

    Cordialement;

    Anna

  23. Anna

    Il me manque des élements pour comprendre alors pour vous un petit rappel

    Il existe plusieurs types de thyroïdites :
    Thyroïdite aiguë suppurée : infection à point de départ thyroïdien ou à point de départ distant (dissémination d’une infection) ;
    Thyroïdite subaiguë (de De Quervain) : « grippe » de la thyroïde. C’est une inflammation probablement d’origine virale ;
    Thyroïdite indolore ;
    Thyroïdite fibreuse (de Riedel) : exceptionnelle mais grave. C’est une inflammation fibreuse d’évolution très rapide ;
    Thyroïdite lymphocytaire chronique (de Hashimoto) : la plus fréquente, elle est d’origine auto-immune. C’est une inflammation chronique provoquant une infiltration de la thyroïde avec à terme une destruction des cellules de la thyroïde et l’apparition d’une hypothyroïdie.

    Causes et facteurs de risque
    La thyroïdite aiguë peut être due à des bactéries ( streptocoque, staphylocoque, E.coli, bacille de Koch responsable de la tuberculose) ou beaucoup plus rarement à des champignons ou des parasites.
    La thyroïdite subaiguë est probablement d’origine virale : oreillons, hépatite virale, coxsackie, écho virus…
    La thyroïdite indolore n’a pas d’origine précise. Elle est plus fréquemment observée chez la femme après la grossesse.
    La thyroïdite fibreuse est d’origine inconnue.
    La thyroïdite lymphocytaire est d’origine auto-immune. Elle touche le plus souvent la femme, entre 30 et 60 ans.
    Elle peut être associée à d’autres maladies auto-immunes : anémie de Biermer, anémies hémolytiques, insuffisance surrénale lente (maladie d’Addison), diabète insulino-dépendant, lupus érythémateux disséminé (LED)…
    il semble bien que les personnes qui souffrent d’hypothyroïdie d’origine auto-immune aient intérêt à éviter de consommer trop d’iode (attention à certains compléments alimentaires), et à vérifier leur statut en sélénium.

    Les crucifères sont une vaste famille de légumes dont les membres les plus célèbres sont le brocoli, les choux (et dérivés : choucroute), mais aussi le radis, le navet, le cresson, le raifort. On conseille souvent aux personnes à risque d’hypothyroïdie ou à celles qui en souffrent d’éviter la consommation de ces légumes
    car les crucifères renferment des composés goitrogènes appelés isothiocyanates et thiocyanates. Ces composés sont libérés lorsqu’on coupe ou qu’on mâche des crucifères (surtout crus)

    En réalité, il n’y a pas de raison de se priver de crucifères si on n’a pas de déficit en iode, Ce qui signifie que la consommation de ces légumes étiquetés comme goitrogènes peut en réalité soutenir la fonction thyroïdienne, en synergie avec le sélénium.

    Le cas du soja : Il ne semble pas qu’une consommation modérée de soja sous ses formes traditionnelles comme le tofu, le tempeh, le miso pose de problème particulier.
    Il faut bien sûr éviter les déficits en iode (et les excès). Si vous souffrez d’hypothyroïdie, si vous avez des anticorps antithyroïdiens, prudence avec les formes de soja les plus riches en isoflavones.

    Moins de produits animaux ? Les régimes alimentaires sans produits animaux (végétariens, végétaliens) semblent protéger contre les maladies auto-immunes. Du coup, des chercheurs se sont demandé si ce type d’alimentation s’accompagnait d’un moindre risque d’hypothyroïdie. Ils ont suivi une population d’adventistes californiens, qui sont végétaliens. Résultat : un tel régime a tendance à être associé à une protection contre ce trouble de la thyroïde même des confirmations sont nécessaires.

    Moins de laitages ? Dans la thyroïdite de Hashimoto, de nombreux patients ont un problème avec les protéines laitières et/ou le lactose. Une étude très récente a montré que l’élimination du lait et d’autres sources de lactose (le sucre du lait) s’accompagnait d’une diminution très nette de la TSH

    voilà un petit rappel mais votre situation particulière ANNA, mérite que l’on en parle en directe par mail.
    CORDIALEMENT
    JEAN PHILIPPE

  24. Professeur Henri Joyeux

    Moi votre Thyroïde, apprenez d’abord à me connaître

    Je suis de plus en plus souvent malade car vous les humains ne me respectez pas. C’est logique vous me connaissez mal.

    Aussi me voilà sujette à de nombreuses maladies.

    Moi, votre thyroïde, je suis capable de m’auto-détruire.

    La plus fréquente des maladies qui m’atteint est dite ”auto-immune”, c’est la thyroïdite de Hashimoto qui peut me détruire entièrement. Des anticorps spécifiques se retournent contre moi pour m’affaiblir.

    Moi, votre thyroïde, je suis capable d’augmenter de volume.

    Je souffre quand je ne reçois pas assez d’Iode, ce formidable oligo-élément dont j’ai absolument besoin pour fabriquer les hormones ”thyroïdiennes” que mes cellules fabriquent et libèrent jour après jour.

    Quand je manque d’Iode (car ma vie, Moi votre thyroïde, est étroitement liée à cet oligo-élément essentiel) je grossis pour former un goitre qui déforme votre cou et peut descendre derrière le sternum : les médecins parlent alors de goitre plongeant.

    Moi, votre thyroïde, je suis capable de devenir cancéreuse.

    Le nuage radioactif de Tchernobyl de 1986 [1] a été fortement suspecté d’avoir augmenté le nombre de cas de cancer de la Thyroïde. C’est encore discuté par les experts, mais moins par la population…

    Il n’y a pas que l’accident nucléaire [2] qui peut me rendre cancéreuse. Je vous en parlerai dans ma seconde lettre.

    Je suis donc une glande hormonale capable de fabriquer mes hormones à des taux normaux, on parle alors

    – d’euthyroïdie

    ou au contraire en excès, il y a alors,

    – hyperthyroïdie

    due à un excès des deux hormones que je fabrique : la thyroxine libre ou la tri-ïodothyronine libre circulantes, ou des deux ensemble. C’est une maladie fréquente qui atteint environ 2 % des femmes et 0,2 % des hommes.

    Et à l’inverse insuffisamment, il y a alors,

    – hypothyroïdie.

    Il y a athyroïdie quand je suis absente à votre naissance [3]. Fort heureusement un simple test chez le bébé permet de le savoir. Vous devrez alors me remplacer toute votre vie et alors, pas d’inquiétude vous pourrez ainsi vivre tout à fait normalement.

    Où suis-je dans votre corps et à quoi je ressemble ?

    Je ne pèse pas plus de 20 à 30 grammes et je ressemble à un papillon assez épais posé de part et d’autre de votre larynx lequel vous permet de parler, chanter…

    Le papillon thyroïdien est posé sur le début des anneaux de votre trachée qui descend dans le thorax vers les poumons. Je suis difficile à palper quand je suis normale. On m’examine en général en deux positions, en mettant le patient d’abord face à soi, puis en examinant son cou par en arrière.

    Normalement je mesure 6 à 8 cm en hauteur et l’épaisseur de chaque partie droite ou gauche n’excède pas 3 cm.

    Derrière moi votre Thyroïde, vous trouvez 4 petites glandes parathyroïdes [4], de la grandeur d’un grain de blé et deux nerfs très importants que les chirurgiens connaissent et craignent, car il ne faut pas les blesser puisqu’ils sont responsables de la voix.

    On les appelle les nerfs récurrents parce que leur trajet de chaque coté de l’aile du papillon thyroïdien se fait de bas en haut : ils remontent de part et d’autre de la tachée et du larynx. Ils innervent votre larynx par où passe l’air, vers les poumons. C’est l’écartement des cordes vocales qui permet de parler, chanter.

    Ces nerfs commandent la mobilité des cordes vocales, et sont d’une extrême importance pour toutes les personnes dont la voix est professionnellement absolument nécessaire.

    Quand je grossis, je deviens un goitre volumineux, je peux peser jusqu’à 200 grammes soit 10 fois plus que la normale.

    Je fabrique trois hormones : deux hormones thyroïdiennes et une essentielle pour que vous ayez un bon squelette

    Les deux hormones thyroïdiennes :

    l’une est dite T3 ou Tri-iodotyronine [5]

    l’autre est dite T4 ou Tétra-Iodothyronine ou Tyroxine [6].

    T4 se transforme en T3 qui est 3 à 5 fois plus active.

    Pour fabriquer ces 2 hormones thyroïdiennes, j’ai besoin de deux aliments présents dans les aliments, l’Iode et un acide aminé issu de votre alimentation, la Tyrosine.

    l’Iode [7] est un oligo-élément essentiel que vous trouvez dans vos aliments.

    Votre corps d’adulte contient 10 à 20mg d’Iode, dont la moitié est en moi votre glande thyroïde. 70 à 80% de l’iode ingéré est éliminé dans les urines (iodurie) au moins à 10 μg/l .

    Quand je manque d’Iode surtout parce que vous ne mangez pas assez de poissons et de fruits de mer, alors je suis capable de grossir et de devenir un ”beau” goitre qui augmente fortement le volume de votre cou en avant.

    La carence en Iode, si elle n’est pas compensée, est surtout responsable de troubles de la croissance et progressivement de troubles psychiques qui fragilisent toute la personne.

    Le besoin en Iode pour un adulte est de 150 µg par jour et de 250 µg chez la femme enceinte.

    la Tyrosine [8], un acide aminé

    Il est l’un des 22 acides aminés nécessaires pour fabriquer les protéines.

    On trouve de la Tyrosine dans les végétaux suivant : amandes, avocat, banane, fève, graine de courge, graine de sésame et dans des produits animaux tels poulet, dinde, poisson et produits laitiers.

    Sur la tranche de section de certains fromages existent de petites étoiles blanches qui sont des cristaux de tyrosine, qui signent la destruction des protéines (protéolyse) lors de la maturation du fromage. Cette tyrosine peu soluble dans l’eau se rassemble en fines cristallisations. Il ne s’agit pas de sel comme on l’a longtemps pensé, mais de concentration de Tyrosine.

    Les besoins journaliers d’un adulte, exprimés en Tyrosine et phénylalanine autre acide aminé, son précurseur, sont estimés à 14 mg/kg de poids et au minimum de 1,1 g par jour. Pour un enfant de 3 mois à 12 ans le besoin de croissance varie de 22 à 125 mg/kg de poids.

    La troisième hormone thyroïdienne est la Calcitonine, essentielle au métabolisme du Calcium. Elle est constituée de 32 acides aminés dont 6 molécules de Tyrosine et 3 de l’acide aminé précurseur de la Tyrosine qu’est la phénylalanine.

    A quoi servent mes 3 hormones ?

    Vous avez besoin de Moi votre thyroïde pour développer correctement d’abord votre squelette (croissance des os) jusqu’à vos dents et votre système nerveux central :

    la production de myéline indispensable au fonctionnement de l’influx nerveux ;

    la production par les articulations entre les neurones des neurotransmetteurs surtout la sérotonine, indispensable au sommeil et à la croissance des filaments nerveux nommés axones ;

    l’acquisition de bonnes facultés mentales.

    Mes réserves en hormones thyroïdiennes sont faibles, elles n’excèdent pas 2 mois, sans apport d’iode. Donc ne m’oubliez dès que vous n’êtes plus en bord de mer.

    Les hormones que je fabrique Moi votre thyroïde jouent un rôle essentiel pour stimuler dans toutes les zones de l’organisme (sauf au niveau de la rate) le métabolisme basal [9], donc l‘accélération du cœur et l’augmentation de la pression artérielle et aussi la régulation thermique du corps.

    En simplifiant, mes hormones T3 et T4 participent à la fabrication des protéines, dégradent le glycogène pour fournir l’énergie glucidique, et favorisent la dégradation des graisses pour l’énergie lipidique.

    Les 2 hormones T3 et T4 sont fabriquées en Moi votre Thyroïde, grâce à la stimulation par deux hormones successives fabriquées dans le cerveau, en son centre et à sa base.

    – La première l’hormone Thyréotrope (TRH) ou Thyréolibérine de l’anglais : Thyrotropin-Releasing-Hormone) est fabriquée au niveau d’un noyau gris du centre du cerveau l’Hypothalamus.

    – La deuxième la ThyréoStimulineHormone ou TSH est stimulée par la précédente, fabriquée par l’Hypophyse à la base du cerveau,

    Le bilan biologique Iodé, dans le sang doit comporter les dosages de la TSH est au moins de la T4. Chez trop de patients la moindre augmentation de la TSH pousse à prescrire de façon abusive un substitut hormonal en T4 sous forme de Lévothyrox.

    Un changement rapide des habitudes alimentaires suffit le plus souvent à rétablir l’équilibre, en consommant plus de poissons et fruits de mer frais.

    La troisième hormone que je fabrique est la Calcitonine est aussi étonnante.

    Ce sont des cellules spéciales que je possède dites ”cellules C”, de moi votre thyroïde qui la fabriquent. Elle a pour fonction essentielle de réduire le taux de calcium dans le sang quand il est trop élevé. En effet trop de calcium dans le sang donne des troubles graves. [10]

    Cette hormone agit à 3 niveaux :

    elle bloque la formation de cellules osseuses nommées ostéoclastes [11] qui résorbent le tissu osseux. Le calcium reste dans l’os ce que permet très facilement une activité physique régulière et adaptée à l’âge.

    elle diminue l’action de la Vitamine D, laquelle permet l’absorption du Calcium juste après l’estomac au niveau du duodénum.

    elle augmente l’élimination du calcium par les reins.

    Etonnement la calcitonine de saumon est plus de 10 fois plus active que la calcitonine humaine. Elle est utilisée sous différentes formes dans les pathologies osseuses humaines pour freiner les pertes en calcium.

    Elle explique la constitution de la peau du saumon très protectrice et constituée de cosmine substance proche de la dentine d’hydroxy-apatite (phosphates de calcium). Cette peau est utilisée actuellement dans le luxe des sacs à main, chaussures…

    Je m’arrête là, car je vous ai dit beaucoup de choses.

    N’hésitez pas à me relire, car ma prochaine lettre vous expliquera comment trop souvent sans le savoir vous me rendez malade.

    C’est l’été, régalez vous de poissons et fruits de mer, de fruits de saison et de mets cuits au barbecue vertical ou à la vapeur douce.

    La nature vous donne si généreusement !

    Prenez le soleil aux bonnes heures de la journée, vous préparez le stock de vitamine D pour l’hiver.

  25. Je suis une femme âgée de 40 ans j’ai une hyperthyroide j’ai consulté mon médecin qui m’a prescrit dimazol comprimé 3 fois/j pendant 6 semaines j’ai refais les analyses j’ai trouvé TSH normale 2,630 et T4 aussi normal 1 j’ai appelé mon médecin elle m’a diminuée la dose de 2fois/jour pdt 6 semaines autres et refaires après les analyses mais maintenant je suis en première semaine j’ai toujours une perte de poids et je me sens très fatiguée j’ai toujours envie de dormir j’ai une petite tension de 9/5 je ne sais pas quoi faire merci de me répondre

  26. Bonsoir Philippe, Je me présente je m’appelle cathy j’ai 55 ans je suis sous levotyrox 100 . Cela fait maintenant 15 ans que je suis traitée J ‘ai un peu plus 10 kg à prendre quel probiotique me conseillé vous . Cordialement, Cathy Napoléon

  27. Gain de poid suite acv en Juillet
    canada

  28. Bonjour, comment faire pour maigrir malgré mes soucis de thyroide ? en sachant que j’ai plusieurs activités sportives ( badminton- renforcement musculaire – zumba – cardio training) + alimentation variée, très peu de matières grasses . Est ce que les produits commercialisés pour maigrir rapidement (gélules) sont efficaces ? comment faire ? merci de vos précieux conseils Anne

  29. J ai été opérée en1993 de la thyroïde on m a retiré un lobe (adénome carcinome Aujourd hui le lobe restant ne fonctionne plus traitement :levothyrox 150 et 125 un jour sur deux .j ai 62 ans .et je veux perdre quelques kg ,pourtant je ne mange équilibré .je voudrais savoir si je peux prendre du metformine et quelle dose .je vous remercie . Jacqueline

  30. sabah bonjour et désolé pour le retard, je suis débordé de questions mais j’essaye de répondre à tous. merci de votre compréhension
    la perte de poids est plutôt en faveur de l’hyperthyroïdie donc peut être ne pas attendre les 6 semaines pour recontrôler cette thyroïde
    cela ressemble à une thyroïdite, maladie inflammatoire et auto-immune avec parfois des fluctuations importantes de hypo à hyper
    je guette votre suite pour être plus réactif
    amicalement

  31. Bonjour Cathy
    10 kg à prendre ? ou à perdre Cathy ce qui est plus fréquent dans hypothyroïdie. je vous conseille de supprimer le pain, les pâtes et tous les plats à base de pâtes à pain. Les boyaux s’en portent mieux. Plusieurs probiotiques sur le marché. Ergyphilus, lactibiane, TEOLIANCE IMMU 10
    confirmez moi votre souhait ?
    cdt

  32. Bonjour Monique

    Malheureusement c’est une suite fréquente, en partie liée à l’immobilisation prolongée qui en découle. il faut impérativement remobiliser le corps de la manière la plus adaptée possible.
    Monique je reste à votre écoute mais je vous renvoie vers mon ami et collègue Paul Boisvert à Montréal qui pourra réfléchir avec vous à la meilleure stratégie de reprise.
    merci de me tenir au courant de votre progrès
    cdt jean philippe

  33. Bonjour Anne
    bravo vous faites ce qu’il faut mais il est impératif que la thyroïde soit à équilibre sinon vos efforts seront pénalisés. Ne soyez pas crédule. Si un SEUL produit faisait maigrir, il serait mondialement connu et avec aucun effort publicitaire ! L’efficacité d’un produit est souvent inversement proportionnelle au coût de sa campagne publicitaire. Un produit miracle n’a besoin de rien pour séduire.
    Non pour vous, il faut impérativement régler votre thyroïde et maintenir vos efforts en attendant de régler vos soucis.On peut en parler ici.
    cdt jean philippe

  34. Bonjour Jacqueline
    1) les problèmes de poids n’ont pas de causes nutritionnelles (la preuve, vous faites bien !) mais une question d’équilibre entre les énergies rentrantes et sortantes (énergie sous la forme de calories mais aussi émotionnelles)
    2) donc bougez plus régulièrement vous n’en parlez pas
    3) metformine ? quelle drôle d’idée pourquoi ?
    4) un contrôle de T3 nous informerez sur la nécessité de prendre de euthyral plutôt que du levothyrox à fort dosage
    merci de répondre dans le commentaire cdt jean philippe

Laisser un commentaire

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Fermer le menu