Gluten : Une autre bonne raison de réduire les sucres

Réduire les sucres entraîne la baisse du gluten

gluten-sucresN°6 Mon intention n’est pas de vous faire une grande démonstration sur les méfaits du gluten.

Je vous renvoie vers des lectures et des travaux approfondis et sérieux qui, si vous avez besoin, seront susceptibles d’enfoncer le clou !

Gluten : Mon expérience

Je vous accompagne depuis 20 ans pour perdre du poids et mon discours est toujours le même, tellement je suis satisfait du résultat.

Je vous explique que l’obésité ou la prise de poids n’est pas un problème nutritionnel et qu’une réponse à ce problème exclusivement nutritionnelle par un régime conduit dans 90% des cas à la reprise des kilos perdus !

4 Vérités Que Vous Ne Pouvez Pas Ignorer

On peut grossir même en mangeant bio.

La qualité ne suffit pas à faire maigrir.

La quantité doit être en relation avec les besoins de votre organisme.

La malbouffe « moderne » aggrave et complique la prise de poids par des mécanismes inflammatoires entraînant les maladies chroniques dont nous reparlons.

Une prise en charge globale est donc indispensable dans des proportions que je m’efforce de découvrir durant le déroulement de mon Coaching Maigrir.

Pour rendre la démarche nutritionnelle simple, accessible et réalisable de manière durable, je vous demande de réduire voire d’arrêter pour certains présentant déjà des contextes inflammatoires, les principales sources de gluten.

Soit le pain, viennoiseries et les pâtes pour faire simple. Ces aliments à base de blé représentent aujourd’hui une fraction trop importante de l’apport sucré dans la ration alimentaire des populations « industrialisées »

En combinant dynamique de groupe, remobilisation physique et cette exclusion alimentaire, la plupart de mes patients maigrissent. Il faut associer ces 3 actions sur une durée de 6 mois pour garantir la pérennité de la perte de poids.

Voilà je me doute que certains trouveront ces preuves minces, mais je fais ce travail à plein temps depuis 20 ans et vous invite à la découverte et au partage à l’occasion de la traversée de notre beau département.

Gluten : Des vérités qui dérangent !

Il faut reconnaître que la population n’est pas aidée par nos différentes instances qui maintiennent encore des recommandations dont la pertinence n’est plus d’actualité.

  • Au moins 3 produits laitiers
  • 3 à 6 portions de féculents (pain, céréales, pommes de terre, légumes secs)
  • Au moins 5 fruits et légumes par jour
  • On continue à gaver les diabétiques de sucres et de féculents. C’est une folie !
Au motif qu’elles représentent une source alimentaire de « glucides complexes, très digestes et pauvres en graisse, qui procurent de l’énergie pendant longtemps », les céréales ont été érigées en aliments santé par les autorités sanitaires. On en reparle plus tard !

Mais au mépris des nombreux travaux qui ont été publiés sur les liens entre la consommation de céréales, le surpoids et le diabète, aucune modification sérieuse n’est à l’horizon.

Je vous proposerai des lectures, mais nous allons faire simple en retenant les points suivants :

L’arrivée des céréales « cultivées » dans l’histoire de l’humanité est un phénomène récent.

L’argument qui consiste à dire que l’on a toujours mangé du pain est faux !

L’homme et la nature ont fait évoluer ce blé ancestral pour satisfaire les besoins des sociétés. Les interventions de l’homme pendant des siècles se sont limitées au croisement et à la sélection des espèces et des semences.

Depuis la révolution verte et les travaux de Norman Ernest Borlaug en 1950, l’homme tripote la génétique pour satisfaire les nécessités louables ou pas, du monde moderne en améliorant les rendements, la sensibilité aux pesticides, la résistance aux maladies et faciliter leur transformation sans vraiment vérifier l’innocuité de ces nouvelles céréales.

À noter une modification profonde du génome de ces céréales et un enrichissement ces dernières années en gluten pour satisfaire nos palais.

Le Gluten et la Santé

Le trop est probablement l’ennemi du Bien

Les intestins sont le cœur de votre immunité et l’intégrité de leur perméabilité est essentielle pour votre santé mentale et physique. La perméabilité intestinale, c’est la capacité des cellules intestinales, les entérocytes à filtrer des molécules plus ou moins grosses pour nourrir l’organisme.

La gliadine, protéine du blé est résistante à la pepsine, enzyme de l’estomac. La gliadine non digérée progressera intacte jusqu’à l’intestin grêle pour y être anormalement absorbé au niveau des jonctions serrées entre chaque entérocyte et entraînant des conséquences plus ou moins dramatiques pour la santé.

La perméabilité de la paroi intestinale est sous le contrôle d’une hormone, la zonuline.

Sachez qu’il existe des facteurs modifiables qui perturbent soit la perméabilité membranaire soit la production de zonuline.

  • La caséine (80 % des protéines du lait et des produits laitiers sont de la caséine),
  • Les pommes de terre, les piments, la tomate,
  • Les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (aspirine, ibuprofène)
  • La chimiothérapie anticancéreuse,
  • La radiothérapie,
  • Le déficit en zinc (important puisqu’il touche plus de 79 % des femmes d’après les études françaises)
  • Le déficit en vitamine D (qui touche plus de 80 % des Français d’après la dernière étude de l’institut national de veille sanitaire)

À l’inverse, il existe des facteurs protecteurs comme

  • Les acides gras oméga 3 trouvés dans les poissons ou oléagineux,
  • Des probiotiques pour le maintien d’une flore intestinale protectrice
  • Des fibres solubles des fruits ou légumes.

Nous ne sommes pas tous allergiques : VRAI

C’est la fréquence et la surexposition au gluten qui rendent hypersensible.

Vous pouvez ne pas être allergique ou intolérant avec des réactions de l’organisme immédiates, mais juste hypersensible et faciliter l’installation d’une inflammation digestive.

C’est-à-dire une membrane intestinale plus perméable et plus poreuse, propice à l’installation insidieuse de maladies auto-immunes ou inflammatoires.

On retrouve du gluten dans la majorité des céréales.

Ce gluten est un mélange de protéines (prolamines, gluténines) et pour faire simple, selon votre sensibilité à l’un ou l’autre des composés, on peut obtenir des réactions immunitaires violentes (production d’anticorps contre l’intrus) provoquant des réponses inflammatoires qui aggraveront la perméabilité intestinale.

Vous en connaissez les formes graves à travers la maladie cœliaque, maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique.

Heureusement, ces formes graves sont moins fréquentes que la sensibilité au gluten.

Si vous avez des signes digestifs comme diarrhées, ballonnements, trouble du transit, reflux gastrique, fatigue chronique, douleurs articulaires, dépression, migraine, alors pourquoi ne pas faire le test d’éviction du pain, pâte à pain et pâte pendant 7 semaines ?

Vous serez fixé et cela nous évitera de grandes démonstrations. Si aucun de ces symptômes ne disparaît ou s’améliore objectivement alors tant mieux pour vous, mais n’oubliez pas que cela se construit sur la durée.

Quel risque prenez-vous à réduire le Gluten ?

Des carences ? Certainement pas. Le gluten est devenu un composant essentiel de la malbouffe, vite cuite, vite faite, vite consommée ! C’est la base de celui qui ne s’occupe pas de son alimentation.

Que vais-je manger aujourd’hui ? Chouette des pâtes, du pain et un yaourt dans le placard :-)

Vous prenez le risque de diversifier votre alimentation, de la colorer (vitamines, minéraux, antioxydants) et de vous désintoxiquer .

Régime sans gluten : Une mode

ATTENTION entre réduire de manière significative le gluten de votre alimentation en la diversifiant et le régime SANS gluten, il y a un monde : Le commerce et son marketing

Ne tombez pas dans le piège : Réduire ne veut pas dire Substituer

Je vous le rappelle, il n’existe aucune carence en retirant ces aliments industriels donc ne chercher pas à les substituer. On mange autrement, on diversifie, on découvre les cuisines du monde et on n’encourage pas le commerce du sans gluten « industriel ».

Cette Sixième Bonne Raison de réduire les sucres, vous a plu ? Partagez-la, Offrez-la !

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou sur Google+ en cliquant sur un ou plusieurs des boutons ci-dessous. Si vous l’avez trouvé sympa, bien sûr ! Merci d’avance.

Pour ne rien manquer !

Laisser un commentaire

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Fermer le menu